A nos glorieux libérateurs

Le radar de Douvres La Délivrance

13/12/2015 13:43

Le radar de Douvres la Délivrance

Ce site est une importante station radar depuis 1942 et est défendue par des ouvrages fortifiés antichars et de DCA. Mais ses systèmes de détection ne seront guère efficaces car dans la nuit du 5 au 6, les alliés menèrent avec succès une opération de brouillage de ses ondes.
La station Distelfink ( le chardonneret ) se défend jusqu’au 17 juin avant que les 230 soldats ne se rendent au 41st Royal Marine Commando qui a injecté du gaz dans les conduits d’aération. Les défenseurs allemands en avaient fait un camp retranché alors que le village de Douvres était déjà tombé depuis 10 jours.
Un musée se tient désormais en ce lieu. Dans 2 bunkers intacts, on observe la création et l’évolution des systèmes de détection. Un exemplaire rare de radar Wurzburg est également exposé. Les usines du Reich en construisent environ 1 500 à partir de 1941, et le site de Douvres en comptait 3 en 1944. A la libération, cet exemplaire fut saisi par les anglais, puis donné à la marine française. Cette dernière ne lui destina pas un emploi militaire, mais le confia au radiotélescope de Nançay, petit village du département du Cher. Le radar scruta ainsi l’espace pendant une trentaine d’années avant qu’on ne le renvoi en Normandie pour une retraite méritée au sein du musée.

© 2014 Tous droits réservés.

Optimisé par le service Webnode