A nos glorieux libérateurs

Le bilan de la journée du 6 Juin

156 000 hommes ont foulé le sol français le 6 juin : 56 000 Américains et 83 000 Britanniques et Canadiens sur les plages, 17 000 parachutistes. Les pertes furent moins lourdes que prévu par l’état-major d’Eisenhower : 10 000 morts, blessés ou disparus (dont un quart à Omaha Beach), au lieu des 25 000 prévus.
Au soir du 6 juin 1944, en revanche, tout porte à croire que le commencement de la fin approche. D’autant que l’efficacité de la coopération entre les Alliés et les résistants obtint des résultats spectaculaires : en quarante-huit heures autour du jour J,  près de 500 sabotages de voies ferrées par des résistants provoquèrent 180 déraillements.
 
 
Sur les quatre objectifs fixés, trois sont à peu près tenus :
 
- Prendre pied sur les cinq plages et ouvrir une brèche dans le mur de l’Atlantique – ce qui fut fait dans la journée ;
- Réunir les cinq secteurs en une tête de pont continue – ce sera le cas une semaine plus tard, avec la prise de Carentan.
- Ralentir au maximum l’acheminement des renforts allemands : l’aide de la Résistance fut décisive sur ce point ; de fait, la 11e DB allemande mit huit jours de la Russie à Strasbourg, mais vingt-trois de Strasbourg à Caen ; une partie de la 275e division allemande, ayant quitté Rennes par chemin de fer, eut besoin d’une semaine pour gagner Saint-Lô à 250 km de là et finit par la route .
- Prendre, entre autres des positions stratégiques, Bayeux (ce qui est réalisé dès le 7 juin) et la ville de Caen – mais ce nœud routier essentiel ne sera pris que le 20 juillet. À la prison de Caen, près de 80 résistants furent même fusillés le 6 juin par la Gestapo. Le port de Cherbourg, lui, devait être pris à J + 8 : les Alliés s’en empareront seulement le 26 juin. Signes d’un enlisement évident des opérations, après le succès initial.
 
 

 

© 2014 Tous droits réservés.

Optimisé par le service Webnode